Museum of Internet, le Louvre du mème : l’interview

« Images that make the internet awesome », voici la seule description que l’on trouve de Museum of Internet sur sa page. Créé en 2012 grâce à une collaboration entre Emilie Gervais et Félix Magal, le projet a pour but de conserver les mèmes rencontrés sur la toile. Association dynamique entre un site Internet participatif et une page Facebook, le projet soulève des questions liées au rôle des mèmes, des archives et de la démocratisation culturelle. Véritables témoins de l’actualité, ils attestent de l’instantanéité du monde contemporain, souvent avec humour. Avec près de 800 000 likes, la page Facebook est un vrai succès international. Nous avons donc décidé de poser quelques questions à Emilie Gervais, en parallèle à la conférence donnée pour Mémoire Vive par Félix Magal à l’Ecole du Louvre.

Capture d’écran 2017-11-29 à 14.55.13.png

Mémoire Vive – Bonjour Emilie, pour commencer, pouvez-vous nous raconter l’origine du projet Museum of Internet : quelles ont été vos motivations, vos idées initiales ?

Emilie Gervais – Museum of Internet est né en 2012 lors d’une conversation Facebook entre Félix Magal et moi au cours de laquelle nous discutions de l’émergence d’une nouvelle iconographie visuelle apparaissant sur le web. Nous ne connaissions aucun espace d’archivage pour ce type d’images, c’est ainsi que le musée fût créé. Utiliser Facebook pour compiler ces images nous permet de contextualiser celles-ci dans un flux de contenu représentatif du web 2.0., flux duquel elles sont issues. Le site web a été créé en parallèle pour offrir aux utilisateurs un espace de publication : n’importe qui peut y faire paraître ses images grâce à une fonction drag n’ drop. Le choix des images apparaissant sur la page a chaque chargement est aléatoire.

MV – Combien de temps mettez-vous pour trouver les photos, images et autres mèmes qui enrichissent votre page ? Comment vous-y prenez-vous pour ces recherches ?

EG – Le temps accordé à la recherche d’images est variable. En général, les images sont programmées à l’avance sur un oudeux jours, ce qui nous laisse du temps pour organiser celles qui suivront. Personnellement, j’accorde environ 15 minutes par jour à la recherche d’images en début de matinée. Sinon, la plupart des images sont trouvées aléatoirement dans nos navigations quotidiennes, sur différents sites web et/ou réseaux sociaux. D’ailleurs, c’est la seule façon de rester alerte pour faire des posts en corrélation avec l’actualité lorsque des événements étranges se produisent.

MV – Dans votre projet et selon votre point de vue, quelle est la place pour l’art dans les publications de Museum of Internet ? Quel rapport entretiennent les mèmes avec « l’art digital » ? Est-ce un art sans artiste, autre chose que de l’art ?

EG – Museum of Internet archive et donne à voir sa collection d’images, comme tout musée d’oeuvres d’art. Par contre, nous ne réfléchissons pas à la place de l’art dans nos publications avant de faire un post. Quant aux memes, ils symbolisent un type de contenu pouvant être catégorisé comme étant de l’art digital, au même titre qu’un GIF créé par un artiste connu internationalement ou totalement inconnu. Lorsqu’il est temps de définir si un élément est oun’est pas de l’art, le rôle du contexte est indéniable, sans toutefois devenir une finalité. Peut-il vraiment exister un art sans artiste? =)

MV – Vous fixez-vous des limites pour les mèmes ? Si oui, quelles sont-elles ?

EG – Les seules véritables limites sont celles imposées par Facebook (nudité, discours haineux, violence, etc.) et notre propre éthique.

10346452_830078457137959_5805931479009956706_n.jpg

MV – Quelles sont vos sources d’inspirations ? En avez-vous des privilégiées ? Si oui, pourquoi ?

EG – La représentation du quotidien sur internet, principalement le témoignage par l’absurde, les photos prises sur le vif et la création spontanée. On essaie de répertorier une iconographie intemporelle révélatrice de la vibe artistique et culturelle actuelle. Nos principales sources d’inspirations sont les outils et plateformes qu’on utilise tous les jours pour communiquer via internet, ainsi que le contenu qui en résulte.

MV – Enfin, à votre avis, quelle est la place du mème dans la culture visuelle d’aujourd’hui ?

EG – L’importance du meme dans la culture visuelle d’aujourd’hui est relative. Elle est cruciale pour les individus connectés ayant une pratique de l’internet allouant de l’espace à cette culture et ce type d’imagerie, et de considération moindre, allant jusqu’à nulle, pour les autres. Toutefois, il est certain que le meme est évocateur et témoigne d’un humour et d’une culture propre à maintenant, d’où son importance majeur pour tous types confondus d’agents culturels.

14708346_975946525884484_5967887914320898304_n.jpg

— Propos recueillis par Lise Thiérion

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s